La thrombophlébite du voyageur, vous connaissez?

La thrombophlébite du voyageur, vous connaissez?

Ah… enfin les vacances! Vous rêvez d’arriver à votre destination rapidement, histoire de décrocher au plus vite. L’Espagne, l’Angleterre, la Grèce? La Gaspésie, l’Ile du Prince Édouard ou le Nouveau-Brunswick?

Toutes ces destinations ont en commun d’exiger un long trajet en avion ou en voiture, en bus ou en train. Nous savons que chacun de ces déplacements occasionne son lot d’inconfort. Nous reviendrons sur la posture et les éléments à privilégier dans cette situation lors d’une autre publication. Pour le moment, nous nous attarderons à une complication à éviter : la thrombophlébite du voyageur.

Grèce 2015 539

Quelques notions de physiologie…

Le cœur assure la bonne circulation sanguine en propulsant le sang dans les artères jusqu’à nos extrémités. Le retour se fait par le réseau veineux. Les veines n’ont pas de muscles sur leur paroi, contrairement aux artères. Pour pallier à ce phénomène, la contraction et le relâchement de nos muscles servent de pompe : lorsque le muscle est relâché, le sang s’accumule dans la veine et lorsque le muscle contracte, le sang est propulsé vers les poumons, où il sera nettoyé. Retour au cœur et ainsi de suite. Un nombre incalculable de fois!

Les muscles du mollet jouent un rôle indispensable : ils servent de pompe pour le retour veineux des jambes, ce qui nous évite l’œdème (enflure) aux chevilles et aux jambes.

Qu’est-ce que la thrombophlébite?

Alors, que se passe-t-il si notre corps est immobilisé et au repos? Tout dépend de la position. Si vous êtes couché, le travail du retour veineux est moins important puisque les pieds sont au même niveau que le cœur. Les muscles n’ont pas besoin de travailler.

Par contre, si vous êtes assis et que vous ne bougez pas les pieds, le sang s’accumule dans les jambes, créant une pression importante à l’intérieur des veines. S’il y a un dépôt sur les parois (thrombus), ceci diminue la lumière de la veine (l’ouverture de la veine) et cela bloque la circulation. Nous sommes alors en présence d’une thrombophlébite.

Les voyageurs au long cours y sont plus sujets, étant donné l’immobilité imposée par le type de transport.

Quels sont les signes et symptômes…

Si vous souffrez d’une thrombophlébite, vous ressentirez alors l’un ou plusieurs des symptômes suivants : douleur au mollet, œdème (enflure) à la jambe, rougeur à l’arrière du mollet, difficulté à marcher. Il peut y avoir aussi une douleur à la poitrine, des douleurs articulaires, de la fièvre, une accélération du rythme cardiaque, etc…

Si vous avez ces symptômes, consultez au plus vite un médecin à l’urgence.

Êtes-vous à risque?

Certaines personnes sont plus susceptibles d’avoir ce genre de problème. Voici quelques facteurs de risques :

  • Avoir déjà eu ce type d’incident
  • Avoir plus de 40 ans
  • Prendre des contraceptifs oraux
  • Être enceinte
  • Chirurgie récente (en particulier aux jambes) ou trauma récent
  • Tabagisme
  • Obésité
  • Présence de varices
  • Insuffisance cardiaque

Conseils pour vous éviter de tels problèmes

Voici quelques conseils pour éviter une thrombophlébite :

Pour tous les moyens de transport :

Des bas compressifs peuvent aider à améliorer le retour veineux.

Buvez de l’eau. L’hydratation aide à prévenir le problème.glass-1206584_1280

Déchaussez-vous. Ceci évite la compression par les chaussures lorsque les pieds enflent un peu.shoes-195079_1280

Évitez de croiser les jambes. Évitez de ressentir une compression derrière les genoux. Vous pouvez utiliser l’appuie-pieds devant le siège dans l’avion ou utiliser un paquet ou bagage pour y appuyer vos pieds, sans créer d’inconfort au dos.

Faites des mouvements avec vos chevilles, histoire de contracter le mollet : levez les orteils vers vous, pointez-les loin de vous. Répétez cet exercice 10 à 15 fois, à toutes les heures.

Portez des vêtements amples. Des vêtements serrés gênent la circulation sanguine.

En avion ou en train :

Marchez dans les allées régulièrement. Profitez de votre passage aux toilettes pour faire un détour avant de retourner à votre banc. Vous ferez ainsi le tour de l’avion, ni vu, ni connu et vos “pompes” des mollets auront fait leur travail.

airport-1515448_1280Si vous avez une longue escale entre deux avions, marchez dans l’aéroport. Ne restez pas 3 heures assis. Profitez de ce moment pour vous délasser.

 

 

 

En attendant aux toilettes, mettez-vous sur la pointe des pieds, sur les talons à quelques reprises. Si vous pouvez vous lever à votre place, faites de même.feet-70573_1280

 

En voiture ou en bus :

Faites des pauses aux 2 heures. Demeurez debout, marchez pour les mêmes raisons énumérées plus haut.  Ne prenez pas toute l’heure de repos prévue pour la passer assis!

airport-1019056_1280

Le déplacement vers la destination fait partie de l’aventure. Rendez-le agréable!

Nous vous souhaitons un excellent voyage!

Jacinthe Vaillancourt pht